«L’ulcère peut déboucher sur un cancer de l’estomac », prévient le Dr Youssouf Soumaré du Centre de santé de Doumanzana

«L’ulcère peut déboucher sur un cancer de l’estomac », prévient le Dr Youssouf Soumaré du Centre de santé de Doumanzana

L’ulcère de l’estomac est une pathologie qui touche pratiquement la moitié de la population malienne. L’ulcère en général désigne une plaie sur la peau, sur un vaisseau sanguin ou sur les muqueuses (estomac, duodénum) qui ne cicatrise pas pendant un mois ou plus. En ce qui concerne l’ulcère sur lequel nous nous sommes penchés, l’ulcère gastrique (l’estomac ou duodénal) en l’occurrence, il s’agit d’une plaie profonde qui se forme dans la paroi interne de l’estomac ou dans la première partie de l’intestin appelée duodénum. Il résulte d’une inflammation chronique de cette paroi, favorisée par la bactérie Helicobacter pylori présente dans le tube digestif, nous a expliqué Dr Youssouf Soumaré du centre de santé de Doumanzana, à qui nous avons posé des questions afin de mieux comprendre cette pathologie.

Le Témoin : Qu’est-ce qu’un ulcère de l’estomac ou du duodénum ?

Dr Soumaré : Un ulcère de l’estomac désigne une lésion de la paroi interne de l’estomac ou de la paroi interne du duodénum s’il s’agit d’un ulcère duodénal. La paroi interne de l’estomac est composée de deux types de cellules : la cellule responsable de la sécrétion du suc gastrique, élément essentiel à la digestion des aliments, et la cellule en charge de la protection de la muqueuse de l’estomac et du duodénum contre l’acidité du suc gastrique (la cellule à l’origine de la sécrétion du bicarbonate et du mucus). Ces deux types de cellules doivent observer un certain équilibre pour que le fonctionnement de l’estomac ne soit pas altéré. Au cas où cet équilibre est rompu, la muqueuse serait attaquée par l’acidité du suc gastrique et se lèse. Elle finit par être détruite, ainsi commence l’ulcère.

Le Témoin : Quels sont les symptômes de l’ulcère de l’estomac ?

Dr Soumaré : Les ulcères sont parfois indolores et peuvent être alors découvertes lors de la survenue de complication. Mais dans la majorité des cas, ils se manifestent par une forte douleur (brûlure ou crampe) située dans la partie supérieure de l’abdomen. Le mal est généralement atténué par l’alimentation ; mais réapparaît quelques heures après un repas. Les douleurs surviennent par crises et le plus souvent au cours de la nuit. Il n’y a généralement pas de symptôme entre deux crises. Paradoxalement, il arrive que la douleur soit aggravée par les repas dans quelque cas d’ulcère. Moins fréquemment, l’ulcère peut provoquer des nausées et vomissements.

Le Témoin : Quelles sont les causes principales d’un ulcère de l’estomac ?

Dr Soumaré : Parmi les causes d’ulcère de l’estomac, on trouve les Helicobacter pylori, des bactéries qui se développent dans l’estomac. On trouve également le stress, les anti-inflammatoires, ou encore la prise d’aspirine. L’ulcère de l’estomac est une érosion de la muqueuse gastrique ou duodénale qui peut survenir en raison d’une production accrue de suc gastrique. Cette cause s’explique principalement par la contamination par la bactérie Helicobacter pylori. Celle-ci colonise la muqueuse de l’estomac, étant résistante au suc gastrique. Les cellules produisent donc des quantités accrues de suc gastrique pour tenter en vain d’éradiquer le germe. Le suc acide crée donc un ulcère qui creuse la muqueuse digestive. Helicobacter pylori est contracté le plus souvent dans l’enfance lors de l’ingérassions d’aliments contaminés. Il peut également survenir en raison d’un dysfonctionnement au niveau des cellules qui produisent un mucus et du bicarbonate afin de protéger les organes digestifs du suc gastrique. Ce dernier entraîne donc une inflammation de la muqueuse et un ulcère qui creuse cette dernière. Un tel dysfonctionnement s’explique le plus souvent par la prise chronique de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) dont l’aspirine. En effet, les AINS inhibent des enzymes essentielles à la synthèse d’acides gras dénommés prostaglandines. En temps normal, celle-ci stimule la sécrétion de mucus protecteur des parois gastriques. Environ un tiers des ulcères de l’estomac compliqué sont attribuables à la prise d’AINS ou aspirine à faible dose.

Le Témoin : Quels sont les facteurs de risque d’un ulcère de l’estomac ?

Dr Soumaré : Certains facteurs peuvent également contribuer à faire apparaître un ulcère de l’estomac ou du duodénum. Il peut s’agir d’une alimentation trop acide ou épicée ou encore de la consommation accrue de café, de thé ou d’alcool. Ce type de consommation aggrave le phénomène d’érosion de la muqueuse ; du tabac qui pourrait ralentir la cicatrisation de la muqueuse gastrique ou certain maladie chronique (cardiovasculaires, rénales, digestive, hépatiques, pancréatiques…) qui altèrent les mécanismes naturels de défense la paroi digestive ; le stress stimule les sécrétions d’acides dans l’estomac via le nerf vague ou d’une prédisposition génétique souvent héréditaire.

Le Témoin : Quelles sont les conséquences liées à cette pathologie ?

 Dr Soumaré : Avec une prise en charge médicale et un suivi respecté du traitement, les complications de l’ulcère gastrique sont de plus en plus rares, mais elles existent. Elles peuvent se traduire par une hémorragie gastrique, surtout si la personne est âgée de plus de 65 ans ou si elle suit un traitement à base d’anti-inflammatoires non stéroïdien. Il peut déboucher sur un cancer de l’estomac en raison de la présence persistante de la bactérie Helicobacter pylori et de l’inflammation qu’elle engendre.

 Le Témoin : Comment prévenir et traiter l’ulcère de l’estomac ?

 Dr Soumaré : Il n’est pas facile de poser le diagnostic d’ulcère de l’estomac sur les seuls symptômes, car ces symptômes sont communs à d’autres pathologies. En plus de l’examen clinique du patient, le médecin prescrit donc un examen complémentaire, une endoscopie digestive haute (fibroscopie gastro duodénal). Une prise de sang est également nécessaire afin de détecter la présence d’anticorps contre la bactérie Helicobacter pylori. Les traitements médicamenteux visent d’une part à éradiquer la bactérie Helicobacter pylori (traitements antibiotiques d’une dizaine de jours) et d’autre part, à favoriser la cicatrisation de l’ulcère. Il est à noter que l’intervention chirurgicale généralement pas envisagée. Elle n’est réservée qu’aux cas sévères d’ulcère de l’estomac, à savoir quand il y a une perforation ou une hémorragie. Selon les cas, le chirurgien peut alors procéder à une gastrectomie (ablation d’une partie de l’estomac) ou à une vagotomie (section du nerf vague).

Propos recueillis par Aly Poudiougou

Source: Le Témoin

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *