Hépatite : le tueur silencieux

Hépatite : le tueur silencieux

Hépatite : un tueur silencieux

Alors que le 28 juillet est célébrée chaque année comme journée International de lutte contre l’hépatite pour mieux sensibiliser et appeler au dépistage, la maladie reste un véritable problème de santé public. Cela, en raison de sa complexité puisqu’il s’agit d’une inflammation du foie, qui peut conduire à une cirrhose et au cancer du foie. 

L’hépatite est une grave infection du foie méconnue par la majeure partie de la population.  Avec moins de dépistage, elle peut être virale ou non virale. C’est pourquoi l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et les gouvernements sont à pied d’œuvre pour sensibiliser les populations qu’ils invitent à se dépister pour minimiser les risques. 

D’après l’OMS, l’infection due au virus de l’hépatite B (VHB) est beaucoup plus fréquent que le virus immunodéficience humaine (VIH). Il ressort que l’hépatite occupe la deuxième place des causes de mortalité par cancer après le tabac. Notamment l’hépatite B compte parmi les IST les plus fréquents. 

Aux dires du Professeur Moussa Dicko, Hépato-Gastro entérologie au CHU Gabriel Touré, l’hépatite est une inflammation du foie qui est due à plusieurs causes dont l’origine peut être viral, médicamenteuse, toxique(alcool) ou cause auto humine etc. Les causes virales les plus fréquentes sont les causes infectieuses. Parmi celles-ci, nous avons les virus qui sont essentiellement responsables de l’hépatite. Parmi les hépatite d’origine viral on à 5 qui sont distingués par des lettres alphabétiques ou encore appelé virus hépato trope : A, B, C, D et E.

A l’en croire, si la forme B, C, D de ces 5 virus peuvent provoquer une maladie chronique du foie. Le D ne peut exister sans le virus B mais le virus A et E ne donne pas de maladie chronique du foie. Selon le spécialiste Dicko, l’hépatite est une maladie transmissible. Surtout la forme B qui se transmet essentiellement par la voie sexuel, voie sanguine, voie materno infantile c’est-à-dire de la mère à l’enfant (lors de l’accouchement).

Quelles sont les symptômes ?

Selon les informations, pas de signe proprement dit pour savoir qu’on a la maladie. Elles apparaissent une fois que la maladie se manifeste ou donne des pathologies de complication (jaunisse, douleur articulaire, fatigue général…). 

Les conséquences  

A en croire le Pr Moussa Dicko, c’est lorsque l’un de ces virus B, C et D deviennent chroniques qu’ils donnent la cirrhose et le cancer de foies. Qui sont considérés comme l’un des cancers les plus dangereux et représente 90% des cancers de foie. Les conseils qu’il lance à la population est le dépistage même si on est bien portant.

Comment se prémunir contre la maladie ?

Eviter de se faire piquer par des objets tranchant, partage de rassoir, de brosse à dent, peigne, aigu, seringue, les rapports non protégés. La meilleure façon de se protégé et protégé sa famille est le dépistage qui se fait par un médecin gastro entérologie, interniste, un infectiologue ou un médecin généraliste ; une fois qu’on n’a pas été en contact avec le virus on procède à la vaccination qui est très efficace. Ce vaccin c’est sur l’hépatite B, la vaccination c’est pour empêcher d’être en contact avec le virus.

Assétou SAMAKE

Source : Mali24

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *