Assimi Goïta : « La Russie est un partenaire fiable du Mali ! »

Assimi Goïta : « La Russie est un partenaire fiable du Mali ! »

Le Président de la transition, Assimi Goïta, s’est exprimé, le vendredi dernier, lors du Sommet Russie-Afrique, à Saint-Pétersbourg. Occasion pour lui de saluer coopération entre le Mali et Russie et de réaffirmer l’attachement de notre pays à un monde multipolaire.

Tout en remerciant l’ensemble des autorités et du peuple russes, le président de la Transition a salué la qualité de la coopération entre le Mali et la Fédération de Russie. Un partenariat historique fondé « sur une amitié de longue date, la sincérité, le respect mutuel ».

En dépit des bouleversements intervenus, depuis 1960, date d’accession du Mali à son indépendance, les relations entre les deux pays « se sont densifiées et diversifiées avec des succès et des réalisations dans les domaines stratégiques comme les infrastructures, l’agriculture, la santé, l’enseignement supérieur et la recherche scientifique, la géologie et les mines ainsi que la défense et la sécurité », a déclaré le Chef de l’Etat.

 Partenariat militaire exemplaire 

C’est pourquoi, dans le cadre du renforcement des capacités opérationnelles des forces de défense et de sécurité, le Mali a noué avec la Russie un partenariat militaire, dont le chef de l’Etat a salué la fiabilité. «Ainsi, avec l’appui de la Russie, le Mali recouvre progressivement sa pleine souveraineté sur l’ensemble de son territoire et nos forces de défense et de sécurité opèrent en toute autonomie et en toute liberté d’action», a ajouté le président Goïta.

Les forces maliennes sont désormais dans une dynamique offensive, reprenant du terrain et réduisant de façon significative les attaques ciblant les camps militaires et les civils, permettant ainsi le retour progressif des personnes déplacées et des services sociaux de base dans plusieurs localités.

Le chef de l’Etat a, à ce titre, renouvelé sa profonde gratitude pour l’appui de la Russie sous l’impulsion du président Poutine, qui a permis au Mali de connaitre des avancées significatives dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Il a rappelé que la Russie est un partenaire traditionnel et fiable du Mali et qui l’a toujours accompagné « pour relever les défis cruciaux du moment tout en respectant notre souveraineté ». Le président de la transition a profité pour réitérer sa salutation au Président POUTINE pour la fiabilité du partenariat militaire qui lie les deux pays dans le cadre du renforcement des capacités opérationnelles des forces de défense et de sécurité du Mali.

Le colonel Assimi Goïta a également réitéré sa profonde gratitude pour l’appui du Gouvernement russe, pour l’accompagnement du Mali connaitre dans la lutte acharnée qu’il mène contre le terrorisme.

Une coopération multiforme

La coopération entre les deux pays ne saurait se réduire aux seules questions de défense et sécurité. Elle embrasse également les domaines du renforcement des capacités en ressources humaines par l’augmentation des bourses d’études dans tous les secteurs stratégiques ainsi qu’aux relations économiques et commerciales. Ainsi, le partenariat entre les secteurs privés de nos deux pays connaît, aujourd’hui, une nouvelle dynamique. Le forum économique et humanitaire en marge du sommet est une opportunité pour accroître les relations économiques au plan bilatéral, a espéré le président Goïta.

Le forum économique et humanitaire, qui a eu lieu le 27 juillet, « est une opportunité pour accroître les relations économiques au plan bilatéral ».

Le chef de l’État n’a pas manqué d’indiquer la spécificité du partenariat Russo-malien, en ce qui concerne surtout l’attachement des deux pays à des principes et expériences historiques de justice. « Profondément enracinés dans nos traditions sociales communes à de nombreux pays africains, les Maliens sont fiers de cette appartenance au continent africain, riche de sa diversité et baigné de traditions séculaires d’égalité, d’équité, du respect de chaque société et des droits humains fondamentaux », a-t-il affirmé.

Crise multidimensionnelle

« La multiplication des crises et des conflits en dépit de l’implication de la communauté internationale plaide pour une nouvelle architecture de la sécurité internationale qui passera forcement par une réforme du Conseil de Sécurité de l’ONU », dira le chef de l’Etat. Cette réforme devrait, ine fine, permettre aux Nations Unies de s’adapter aux réalités d’un monde multipolaire. « L’instrumentalisation et la politisation de la question des Droits de l’homme doivent cesser, de même que le système de deux poids, deux mesures », a-t-il déclaré.

Le Président GOITA soutient l’initiative des BRICS, dont le rôle doit s’amplifier au profit du continent africain. Selon ses explications, « […] Les BRICS constituent un réel espoir de soustraire nos pays d’un ordre international fondé sur la domination et la marginalisation. C’est pourquoi le Mali soutient des initiatives telles que créer une banque de développement pour le financement des infrastructures ou encore, offrir de nouveaux mécanismes et moyens de paiement internationaux ».

La question de l’élargissement du Conseil de sécurité, est aujourd’hui un point majeur à l’ordre du jour de la réforme du système des Nations Unies. Elle est nécessaire et justifiée, avec la proposition de l’Union africaine, qui réclame seulement deux sièges permanents pour l’Afrique, a appuyé le colonel Assimi Goïta.

Le Chef de l’Etat a également évoqué la situation générale du Sahel et du Mali en particulier. Selon lui, ces régions sont confrontées à une crise multidimensionnelle. Il saisit donc l’occasion pour remercier « tous nos amis et partenaires qui continuent d’exprimer leur solidarité et leur soutien aux pays du Sahel en vue de renforcer la résilience de nos populations face à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle cyclique ».

Le chef de l’Etat a tenu à réaffirmer l’entière disponibilité du Mali à poursuivre et à renforcer ses relations avec l’ensemble des partenaires sur la base du respect des trois principes qui guident l’action publique en République du Mali, à savoir : le respect de la souveraineté du Mali ; le respect des choix stratégiques et des choix de partenaires opérés par le Mali ; la défense des intérêts du peuple malien dans les décisions prises.

M Sanogo

Source: L’Aube

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *