Droits des femmes et  leadership : Des femmes autochtones à l’école d’ Action Pour le Soutien des Victimes des rébellions

Droits des femmes et  leadership : Des femmes autochtones à l’école d’ Action Pour le Soutien des Victimes des rébellions

Elles sont plus d’une trentaine de femmes venues de Bamako, de Kidal, Tombouctou, Mena et Gao à prendre part,  jeudi 27 juillet 2023  au siège du Conseil National de la Société Civile  à un atelier de renforcement de capacités des femmes autochtones en éducation sur les droits des femmes et le leadership.

Organisée par Action Pour le Soutien des Victimes des rébellions sur financement d’Indigenous Informatique Network IIN et en partenariat avec Africa Indigenous Women Organisations (AIWO), cette rencontre d’une journée s’inscrit dans le cadre de  la mise en œuvre du Projet « Éducation sur les droits des femmes/le leadership »  en vue  de  permettra de relever le défi d’exclusion et de marginalisation des femmes autochtones.

Elle  vise à renforcer les capacités des femmes autochtones des régions du Nord et du centre  du Mali déplacées et celles du District de Bamako pour entreprendre des activités visant à promouvoir la participation des femmes autochtones dans la gestion publique.

Au cours de cette rencontre, les capacités des participantes ont été renforcées  sur des thématiques relatives  aux droits des femmes et leadership en genre et en technique de prise de parole en public.

 A en croire la Secrétaire  Générale de l’Action pour le soutiens des victimes des rébellions Addidiatou Soumana , cet atelier d’une journée avec les femmes autochtones intervient , dans un contexte politique institutionnel et sécuritaire fragile  de sortie de crise  qui a profondément ébranlé les structures de l’économie locale au Mali.

 « Au Mali il ressort  des investigations menées sur le terrain  que l’implication des femmes autochtones dans les sphères décisionnelles publiques et de leadership reste faible et l’éducation sur les droits des femmes n’est pas très significative dans le milieu des femmes autochtones. Le Mali, dans la loi N° 052 sur le genre propose ou suggère la prise en compte des femmes dans les organes et structures de l’Etat, dont bon nombre des femmes autochtones ignorent », a-telle soulignée.

Dans sa communication, la formatrice Mme Barry Aminata Touré du Conseil National de la Société  a  souligné qu’il n’ya pas de groupe sans leader  et que  le leadership est  un terme emprunté à l’anglais, qui  définit la capacité (aptitudes et attitudes) permettant d’influencer le comportement d’un individu ou d’un groupe dans le but de réaliser les objectifs visés.

 C’est  aussi, selon elle, une forme de pouvoir qui se caractérise par l’adhésion volontaire des partisans par l’influence d’un individu à cause de ses caractéristiques personnelles.

 Quand à  la représentante  d’Africa Indigenous Women Organisations (AIWO) Adija Adamou elle s’est réjouie de la tenue de cet atelier surtout de la forte participation des femmes autochtones qui renforcent aujourd’hui leurs capacités sur des thématiques d’actualités.

 Mohamed Kanouté

Source : Mali24

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *