Hivernage : Période de propagation du Paludisme

Hivernage : Période de propagation du Paludisme

Le paludisme, une maladie infectieuse majeure, demeure une source significative de morbidité et de mortalité dans de nombreuses régions du monde. Durant la saison des pluies, le paludisme connaît une recrudescence, principalement chez les enfants et les femmes enceintes. Les causes de cette augmentation sont liées à des facteurs environnementaux, à la mauvaise gestion des eaux usées et au non-respect des mesures de prévention de cette maladie. Cette période est caractérisée par la multiplication rapide des moustiques, ce qui aggrave le fardeau du paludisme, particulièrement au Mali.

L’Hivernage, avec ses précipitations abondantes, crée des conditions propices à la prolifération des moustiques, vecteurs du paludisme avec la dégradation de l’environnement, le rejet inapproprié des eaux usées et le non-respect des mesures d’hygiène et d’assainissement favorisent la propagation de la maladie. Ces facteurs, associés à la multiplication rapide des moustiques dans ces conditions humides, créent un environnement propice à l’épidémie de paludisme.

Ainsi, le Mali est confronté à une augmentation marquée des cas de paludisme pendant la saison des pluies. Cela exerce une pression considérable sur les systèmes de santé et entrave le développement national. En effet, l’épidémie de paludisme en cette période engendre un fardeau disproportionné, avec des répercussions importantes sur la population et l’économie du pays.

D’après le Dr Niangaly, expert en maladies infectieuses, les symptômes du paludisme incluent une fièvre élevée, des douleurs musculaires, des maux de tête et des troubles digestifs. Cette maladie, dit-il, causée par un parasite du genre Plasmodium, est transmise par les piqûres de moustiques Anophèles. « Les symptômes incluent également fatigue générale, frissons, sueurs nocturnes, vomissements, confusion mentale et pâleur », précise-t-il.

Dans son intervention, le Dr Niangaly souligne l’importance des mesures de prévention pour endiguer la propagation du paludisme. Parmi celles-ci figurent la protection contre les piqûres de moustiques en dormant sous des moustiquaires imprégnées et en portant des vêtements couvrants. Il trouve aussi que l’assainissement des lieux de vie et des zones environnantes, ainsi que l’utilisation de traitements préventifs, sont également cruciaux. « La pulvérisation d’insecticides dans les habitations et le respect des normes d’hygiène contribuent à réduire le risque de propagation », ajoute-t-il.

Assétou SAMAKE

Mali24.Info

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *