Collecteurs : Le Woyowayanko obstrué par les déchets

Collecteurs : Le Woyowayanko obstrué par les déchets

Située en Commune IV du District de Bamako, la rivière Woyowayanko endure aujourd’hui les conséquences de l’arrêt de dépôt du grand site de transit de Lafiabougou, dénommé Kilimandjaro. De nombreux dépôts sauvages composés de pneus, ferrailles, plastiques, déchets verts ou matériaux inertes sont constatés tout au long de cette rivière.

Woyowayanko est la rivière la plus connue de Bamako. Il se trouve dans la Commune IV du district et né dans les monts mandingues. Il descend en une chute dans un bassin rocheux en formant une piscine naturelle. Il est long de 4 km et finit sa course dans le fleuve Niger à Djicoroni-Para en traversant Taliko, Lafiabougou, Sébénicoro.

C’est là où a lieu la grande bataille du 12 avril 1883 entre les Sofas de Samory et la troupe coloniale. Cette rivière contribue au renforcement des activités de maraîchage pour les riverains. Il leur fournit également du poisson pendant la décrue, période pendant laquelle la population riveraine organise une pêche collective.

Cependant, de nos jours, on déplore le mauvais traitement réservé à cette rivière. Les populations n’ayant plus de site pour déverser leurs déchets convergent tard dans la nuit vers la rivière de Woyowayanko pour se décharger. Même les GIE faisant croire qu’ils acheminent leurs ordures loin de Bamako, se cachent pour s’alléger sur cette rivière.

Visiblement les impacts sont multiples, notamment, l’entrave à l’écoulement des eaux par l’accumulation de débris végétaux et autres déchets en cas de crue, pollution des eaux en fonction de la nature des dépôts et la déstabilisation des berges par l’accumulation de matériaux non structurés et conduisant à l’asphyxie des végétaux retenant les berges.

Le hic est que les populations sont bien conscientes que leurs actes ne sont pas sans conséquences pour l’environnement et la sécurité des biens et des personnes, mais personne ne lève le petit doigt pour dénoncer.

La mairie de la Commune IV du district de Bamako est interpellée.

Ibrahim Ndiaye

Source: Mali Tribune

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *