« CHU Gabriel Touré : Le Syndicat (SNS-AS-PF) exige la restitution intégrale de leurs salaires »

« CHU Gabriel Touré : Le Syndicat (SNS-AS-PF) exige la restitution intégrale de leurs salaires »

Le Syndicat National de la Santé de l’Action Sociale et de la Famille (SNS-AS-PF) du Centre Hospitalier Universitaire Gabriel Touré a organisé un Sit-in le 25 août 2023 devant la direction de l’hôpital pour exiger la restitution totale des salaires qui avaient été réduits à la suite de diverses grèves. Le syndicat, dirigé par le Professeur Losseny Bengaly, a pris cette mesure exceptionnelle en raison des circonstances particulières auxquelles les travailleurs sont confrontés.

Selon M. Bengaly, le fait que les employés de l’hôpital quittent leur lieu de travail pour manifester à l’extérieur, laissant ainsi des patients sans surveillance, n’est pas une pratique courante. Cependant, il souligne que cette action est justifiée par le contexte spécifique dans lequel les travailleurs se trouvent. Il exprime ses regrets quant à cette situation.

L’objectif principal de ce Sit-in était d’obtenir la restitution intégrale des prélèvements salariaux effectués auprès des employés par le directeur de l’hôpital en raison des grèves. Selon le secrétaire général, ces retenues salariales étaient parfois excessives, allant au-delà de la moitié du salaire pour certains employés. Il explique que bien que la loi autorise de tels prélèvements en cas de grève, elle exige également que le gouvernement ouvre des négociations en cas de préavis de grève. Cependant, ni la direction de l’hôpital ni le gouvernement n’ont respecté cette obligation légale. Il considère cela comme une injustice, soulignant que c’est le gouvernement qui a violé la loi en premier lieu.

M. Bengaly annonce que le mouvement de protestation se poursuivra tant que la totalité des sommes retenues ne sera pas restituée. Il insiste sur le fait que la direction de l’hôpital ne peut pas enfreindre impunément la loi et pénaliser le personnel en appliquant de manière sélective ses dispositions.

Djimé Kanté, secrétaire général adjoint et porte-parole du comité syndical de l’hôpital Gabriel Touré, partage le point de vue de M. Bengaly. Il admet que des mesures peuvent être prises en cas de grève, mais il critique la manière dont la loi a été appliquée. Selon ses explications, la loi 87, à laquelle le directeur de l’hôpital fait référence, a été en réalité violée par le gouvernement. Il rappelle que cette loi exige l’ouverture de négociations en cas de préavis de grève, ce qui n’a pas été fait. M. Kanté insiste sur le fait que la loi doit être respectée dans son intégralité et affirme que le syndicat est résolu à poursuivre sa protestation jusqu’à ce que les salaires des employés soient restitués.

Cette action de protestation vise à défendre les droits des employés de l’hôpital Gabriel Touré et à réclamer une application équitable de la loi en matière de prélèvements salariaux lors des grèves.

Ousmane Fofana

Mali24.info

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *