La nouvelle carte biométrique et la carte NINA : Blanc Bonnet- Bonnet Blanc

La nouvelle carte biométrique et la carte NINA : Blanc Bonnet- Bonnet Blanc

Les difficultés qui ont jalonné le processus de retrait de la carte biométrique sont les mêmes  pour la carte Nina, à savoir  un véritable casse-tête indien. Pour rappel, les autorités de la transition avaient  lancé la conception d’une carte d’identité afin de répondre aux défis d’une pièce d’identité de la population et surtout avoir des données biometriques fiables, d’où la nouvelle carte d’identité biométrique sécurisée, conformément aux normes de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Si l’initiative est salutaire les résultats sont loin d’être satisfaisant car sa délivrance ne se fait pas sans peine tout comme  son obtengtion .

Après les difficultés pour l’enroulement afin d’obtenir la carte biométrique c’est maintenant au tour du retrait qui a une véritable traversée du désert. En effet, malgré que les autorités compétentes chargées de la production, de la distribution et tous les autres  aspects liés à la carte d’identité nationale biométrique sécurisée, sont à pied d’œuvre pour être dans le délai, des couacs sont constatés tant par rapport à la distribution que sur la qualité même du précieux sésame. Pour rappel les autorités  ont confirmé le 31 Août dernier que sur un objectif de production de 8 millions de cartes pour cette première phase, 5 733 428 cartes sont déjà produites et les 2 266 572 restantes seront faites courant ce mois de septembre. Et sur les 1 192 090 cartes déjà acheminées dans les centres de retrait, seulement 102 643 ont été retirées. Ce faible taux de retrait est dû à la mauvaise organisation des agents chargés de la distribution des cartes. Plusieurs facteurs sont à la base de l’anarchie à savoir l’insuffisance de personnels dans les centres d’enrôlement, laq mauvaise méthodologie utilisée pour permetrtre aux citoyens d’obtenir leurs cartes. Les maliens sont aujourd’hui partagés entre incompréhension et colère de constater qu’après tant d’efforts qu’ils ont fourni pour se faiore enroler qu’ils puissent être butés à l’incompétence de l’administration à distribuer les cartes biometriques. Les quelques rares citoyens qui ont obtenu leurs cartes sont d’autant plus en, colère en constatant que leurs cartes comportent les mêmes erreurs. Il s’est avéré que les changements qui devraient être faits surtout sur la profession et sur la date de naissance des concitoyens n’ont pas été corrigés.

En somme,  les autorités administratives sont interpelées afin qu’elles changent de méthodologies de distribution de cartes biométriques. Les maliens en ont besoin pour avoir accès à leurs cartes biométriques.

Oumou SISSOKO

Source: L’Alternance

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *