Recrudescence des attaques dans le Nord : Les populations de Gao expriment leur soutien à l’État

Recrudescence des attaques dans le Nord : Les populations de Gao expriment leur soutien à l’État

Les habitants de Gao sont toujours dans l’émoi après l’attaque kamikaze qui a visé vendredi le camp Firhroun dans la zone aéroportuaire. Au lendemain de cette incursion terroriste, l’Armée a annoncé qu’un incident s’est produit au nord de la même ville impliquant un de ses aéronefs.

Selon les explications du chef d’état-major de l’Armée de l’air, le général de brigade Alou Boï Diarra, l’appareil avait effectué avec succès une mission qui s’est déroulée vers le crépuscule dans des conditions très météorologiques exécrables. . Malheureusement, il y a eu quelques problèmes techniques qui ont obligé l’équipage à s’éjecter de l’appareil qui s’est ensuite écrasé.

Ces événements dramatiques sont intervenus 24 heures après l’attaque terroriste barbare du bateau Tombouctou de la Compagnie malienne de navigation (Comanav) dans la zone de Gourma Rharous faisant plusieurs morts et blessés.

La multiplication des attaques par les terroristes en complicité avec des groupes signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation consiste à créer la psychose au sein des populations. À Gao, certains habitants sont toujours sous le choc après l’attaque du camp Firhroun considéré comme le plus grand et le plus sécurisé dans le Nord. Il n’y a pas longtemps, l’endroit servait de base aussi pour la Force française Barkhane et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minuma).

Pour mieux renforcer la sécurité dans sa région, le gouverneur de Gao, le général de brigade Moussa Moriba Traoré, a pris de nouvelles mesures comme l’interdiction de circulation des véhicules non immatriculés, des véhicules Land Cruiser et des véhicules teintés entre les villes, villages, hameaux et campement dans la Région de Gao. Seuls les véhicules et autres moteurs des Forces de défense et de sécurité sont autorisés. En plus, un couvre-feu a été instauré dans la Cité des Askia de 20 heures à 6 heures du matin à compter du 10 septembre 2023 jusqu’à nouvel ordre.

Ces mesures suffiront-elles à rassurer les populations de la Région de Gao ? Pour Bossou Touré, cadre d’un service administratif à Gao, les mesures sécuritaires prises par le gouverneur sont salutaires et permettront, selon lui, de démasquer les personnes mal intentionnées. Mieux, notre interlocuteur suggère qu’il faut également interdire la circulation de tous les pick-up dans la ville de Gao. Il tient pour responsable la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) qui a décidé de se retirer du processus pour la paix pour reprendre les hostilités avec ses complices terroristes.

Le retraité Mahamane Maïga a servi à la direction régionale des transports de Kidal. Pour faire face aux agressions des ennemis de la paix, il exige aux Forces de défense et de sécurité de redoubler de vigilance et surtout de rester sur le qui-vive pour parer à toute éventualité.

Si l’Armée riposte vigoureusement aux attaques terroristes comme ça a été récemment le cas avec les attaques du bateau Tombouctou, des camps de Bamba et de Gao, Mahamane Maïga pense qu’elle devrait surtout être agressive dans l’anticipation. Toute chose qui permettra de minimiser les dégâts en termes de vies humaines. «Un Malien qu’il soit civil ou militaire qui meurt sous les balles des terroristes est un mort de trop», dit-il.

L’opérateur économique Albouhari Maiga partage le même avis. À l’en croire, on pouvait éviter l’attaque du bateau Tombouctou si la menace des groupes armés avait été prise au sérieux par les autorités militaires et administratives. « Il y a aussi un point à ne pas négliger. C’est que les éléments des Forces de défense et de sécurité qui escortent les bateaux, ne doivent pas être à l’intérieur de ces bateaux, mais plutôt dans de petits bateaux militaires bien équipés et adaptés», préconise-t-il.

Aujourd’hui, les populations de Gao et du Mali tout en entier n’aspirent qu’à la paix. Elles comptent sur l’État et son armée pour mettre en déroute les forces du mal et tous ceux qui ont pris les armes pour se faire entendre dans le mais de satisfaire leurs intérêts sordides et égoïstes.

Abdrahamane TOURE (AMAP-Gao)

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *