Culture, Amaïchata Salamanta : Une amoureuse du conte

Culture, Amaïchata Salamanta : Une amoureuse du conte

Originaire du village de Kabara, à plus d’une dizaine de kilomètres de la ville de Tombouctou sur le fleuve Niger, elle est issue de la communauté des Bozos, pêcheurs. Amaïchata Salamanta, convaincue de son talent et imprégnée de la culture de plusieurs ethnies, a décidé de tenter sa chance à Bamako. Incroyable histoire de cette femme autodidacte qui finit par devenir une professionnelle du théâtre malien et éprise de paix et de la cause des autres

«La conteuse du fleuve», en hommage à son origine bozo (les pêcheurs en langue bambara) se distingue facilement par sa joie de vivre, ses dreadlocks. Mais aussi par sa voix envoutante, ses pas de danse et les chansons entonnées pour incarner les différents personnages de ses récits.

Entre autres, celui de «Maman chèvre» pour expliquer de façon subtile à ses petits comment s’extirper des griffes de l’hyène qui les tenaient en captivité (dans la quasi-totalité des contes du Mandé, l’hyène est le seul animal qui mange les chèvres) et aussi à l’endroit d’elle-même, question de distraire l’hyène pour se sauver à son tour de cet animal horrible qui la tient par le bout du nez.

Amaïchata, c’est aussi une grande capacité d’improvisation et de créativité. Selon les situations, elle arrive à trouver les mots pour adoucir et convaincre des esprits révoltés ou surchauffés. Enfin de compte, l’idée produit les résultats escomptés. Maman chèvre et ses petits échappent bien à l’étau de l’hyène.

En résumé, le conte présenté par celle qui a figuré dans la série à succès « Les rois de Ségou » du réalisateur malien Boubacar Sidibé démontre comment la force de l’oralité peut inverser les tendances les plus évidentes en désarmant un animal fort face à une. petite proie. Amaïchata a fait ses premiers pas sur la scène avec le Groupe dramatique du Mali en 2010. Elle est comédienne dans la troupe « Kotéba national » depuis 2012.

Selon Amaïchata Salamanta, elle est artiste comédienne, conteuse et musicienne car elle joue quelques instruments de musiques comme le balafon, le N’goni. Selon l’artiste comédienne, elle s’est facilement adaptée au conte grâce à sa tante du village qui leur racontait des contes dans le village permettant aux enfants d’apprendre la vie et d’être mieux éduqués. C’est grâce à cette bonne éducation de sa tante du village qu’elle a vite appris l’art.

Salamanta a retenu de l’encadrement et de l’accompagnement de la comédienne professionnelle, Mme Traoré Fanta Coulibaly, à travers sa troupe «Jigiya» dans laquelle elle a joué dans plusieurs sketches de sensibilisation et dans les créations d’Acte Sept.

Actrice dans les créations de la Troupe « Tobôji » de Kary Bogoba Coulibaly. Depuis quelques années, la comédienne a embrassé le métier de conteuse par amour pour les enfants. Cette comédienne et conteuse est la somme de plusieurs cultures. Bozo née Bozo de Ségou, elle grandira à Tombouctou. Du coup, elle a eu la possibilité de baigner dans la culture des trois ethnies de notre pays.

«C’est mon grand père qui s’est installé à Tombouctou», témoigne-t-elle. Son père qui tenait à sa culture d’origine l’amenait régulièrement en séjour à Ségou, ajoute la conteuse. Quant à son amour pour le conte, elle le tient de sa proximité avec ses différentes mères grandes.

Animatrice de l’émission «Cercle des enfants» sur la chaîne Africable TV, elle a beaucoup voyagé en Afrique, notamment au Burkina, en Côte d’Ivoire, mais aussi en Europe, précisément en France «pour aller à la rencontre des enfants du monde entier», précise la conteuse afin de leur prêcher la bonne parole du conte.

Lire la suite sur https://lessor.ml/posts/culture-amaichata-salamanta-une-amoureuse-du-conte-65040cf24ca13

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *