Série d’attaques sur le territoire : Les terroristes se heurtent à la détermination de l’Armée

Aux premières heures de la journée d’hier, la localité de Bamba (Région de Gao) a été le théâtre d’après combats entre les Forces armées maliennes (FAMa) et des terroristes. Même si un bilan officiel n’était toujours pas disponible au moment où nous mettions sous presse, cette attaque n’est pas sans rappeler celles perpétrées, il y a quelques semaines contre la ville de Bamba et le bateau « Tombouctou » aux environs de Gourma- Rharous, ôtant la vie à 64 personnes. Dans sa riposte, l’armée neutralisera une cinquanteaine de terroristes.

La raclée ainsi infligée aux forces ennemies comme d’autres victoires de nos hommes, a porté un sérieux coup à leur capacité de nuisance. Propre aux actions de perfidie, ces forces du mal semblent avoir adoptées comme modus operandi les attaques contre les «cibles molles» et les actes de harcèlement.

Tout cela est soutenu par une propagande savamment orchestrée. En violation totale de toutes les conventions internationales régissant les opérations de guerre. Voilà pourquoi le Mali, respectueux de ses engagements internationaux, ne verse pas dans l’humiliation des prisonniers de guerre, pour répondre aux actes abjects et criminels des terroristes. Une Armée nationale ne saurait se rabaisser à des pratiques contraires aux règles du Droit international humanitaire.

En somme, la finalité de la stratégie de l’ennemi consiste à installer la psychose dans les esprits. C’est une peine perdue. Aux hommes et femmes engagés sur les théâtres des opérations, au péril de leur vie, le soutien des Maliens ne faiblira pas. Rien ne fera douter des populations des capacités de nos soldats à défendre notre liberté et notre dignité.

SITUATION SOUS CONTRÔLE – L’enchainement des actes de forfaiture illustre bien en effet la posture machiavélique de l’ennemi dont le dessein funeste est de faire pousser les tentacules du «monstre» dans toutes les parties du Mali. Ainsi, dans la foulée de l’attaque du bateau de la Compagnie malienne de navigation (Comanav), l’aéroport de Tombouctou sera la cible de plusieurs obus interrompant momentanément le trafic aérien dans la région. Puis, les localités de Léré (Région de Tombouctou), Bourem (Région de Gao), la ville de Gao et d’autres localités ne seront pas épargnées par la terreur.

Ce n’est pas tout : dans la matinée du 27 septembre dernier, les Forces armées maliennes ont repoussé une attaque terroriste complexe d’envergure de l’emprise militaire d’Acharane à environ 35 km au sud-ouest de Tombouctou. Le même jour, aux environs de 20 heures, les FAMa du poste de Mourdiah ont déjoué des tentatives d’attaques contre leur position. Les terroristes ayant enregistré des pertes dans leur rang, selon le site web de l’Armée «fama.ml», ont tenté de récupérer les victimes avec des tirs de harcèlement. Au final, la situation est passée sous le contrôle des nôtres.

Le 28 septembre dernier, une attaque complexe a visé les camps des FAMa de Dioura, dans le Cercle de Ténenkou. Les combats furent grossiers. L’ennemi a dû battre en retraite sous la pression des moyens aériens déployés par l’Armée. Coïncidence, hasard de calendrier ou connexions possibles, force est de relever que la recrudescence de ces attaques intervient au moment où la Minusma est en train de se retirer du Mali.

Ce chronogramme de retrait coordonné, qui se déroulera fin le 31 décembre prochain, doit être exécuté avec le concours des autorités maliennes. D’où la rétrocession aux FAMa, somme toute logique, des camps occupés par la Mission onusienne. Le triste épisode de la rétrocession de l’entreprise de Ber, dans la Région de Tombouctou, penche malheureusement à penser à l’existence de forces qui opèrent dans l’ombre pour faire capoter le processus.

Lire la suite sur le https://lessor.ml/posts/serie-dattaques-sur-le-territoire-les-terroristes-se-heurtent-a-la-determination-de-larmee-651a6e3e07f3d

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *