Mali : Démission en cascade au sein du Yerewolo Debout sur les Remparts

Mali : Démission en cascade au sein du Yerewolo Debout sur les Remparts

Le mouvement Yerewolo Debout sur les Remparts, à l’origine de l’indignation contre la présence des forces internationales au Mali, connaît actuellement une vague de départs de ses membres. La démission d’un de ses porte-paroles influents, suivie de plusieurs autres membres ce jeudi 19 octobre, ébranle profondément le mouvement souverainiste.

Le Mouvement Yerewolo Debout sur les Remparts fait face à une crise inédite. Ces derniers jours, une série de démissions a ébranlé le mouvement. Tout a commencé le 12 octobre dernier, lorsqu’Amadou Lamine, alias Pape Diallo, l’un des porte-paroles les plus influents du mouvement, a annoncé sa démission dans une lettre. Cette démission a été suivie, le jeudi 19 octobre, par celle d’un groupe de membres, en l’occurrence la coordination de Yerewolo Debout dans la commune 2 du district de Bamako.

Dans une lettre authentifiée, le coordinateur de la commune 2 de Yerewolo Debout, Mohamed Bill Traoré, a annoncé que 21 des 24 membres de sa coordination avaient démissionné du mouvement, sans fournir de précisions sur les raisons de leur départ.

Interrogé par Mali 24, Drissa Meminta, le chargé de communication de Yerewolo Debout sur les Remparts, a minimisé ces démissions en série en déclarant : « En réalité, ceux qui annoncent leur démission n’étaient plus avec nous depuis un certain temps. Ils cherchent simplement à faire du buzz. Vous verrez encore d’autres suivre le même chemin dans les jours à venir. Cependant, nous restons sereins et déterminés. »

Ainsi, Yerewolo Debout sur les Remparts traverse actuellement la période la plus difficile de son histoire, avec deux de ses dirigeants emprisonnés. Il s’agit de son leader charismatique, Adama Diarra, également connu sous le nom de Ben le Cerveau, et de Siriki Kouyaté. Adama Diarra a été condamné le 14 septembre dernier à deux ans de prison, dont un an ferme, pour « atteinte au crédit de l’État ». Le sort de Siriki Kouyaté sera décidé lors de son procès prévu le 30 novembre prochain.

Rappelons que le mouvement souverainiste, soutenu par le gouvernement en place, avait fait de son combat le retrait des forces françaises et de la MINUSMA du Mali. Son objectif a été atteint, car les autorités de la transition ont ordonné le départ de ces forces étrangères du territoire malien. Le retrait définitif de la MINUSMA est prévu pour le 31 décembre prochain. Mais la question concernant les raisons de la crise au sein de Yerewolo Debout sur les Remparts reste ambiguë. Le temps nous en édifiera.

La rédaction

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *