Société : Violences Basées sur le Genre (VBG) : 7000 cas enregistrés entre janvier et Juin 2023

Société : Violences Basées sur le Genre (VBG) : 7000 cas enregistrés entre janvier et Juin 2023

 Plus de 14.000 cas de Violences Basées sur le Genre (VBG)  dont 14% de violences sexuelles, les enfants de 12 à 17 ans font 12% et Bamako vient en tête avec plus de 4200 cas enregistrés en 2022, contre 7000 cas enregistrés entre janvier et Juin 2023

Ces chiffres compilés au niveau  du Programme  National  pour  l’Abandon des Violences Basées sur le Genre, font froid au dos et en dit long sur l’ampleur du phénomène.

Face à cette  situation peu reluisante pour la défense de la dignité humaine, les Violences Basées  sur le Genre (VBG)  constituent aujourd’hui une préoccupation majeure de plusieurs regroupements, organisations, association  et  ONG  de la place  au regard de leur banalisation, de leur fréquence mais aussi de leur ampleur et des graves conséquences parfois irréversibles sur la santé des survivants.

Du cas de la dame  MT coiffeuse de son état et domiciliée à Dialakorodji qui à vu son œil arraché, par son mari cela  suite à une dispute banale, en passant par le cas de la dame M.S âgée d’une trentaine d’années  mariée à peine six mois et domiciliée à Torokorobougou en commune V du district de Bamako  amputée par son mari, suite à une pris de bec, il est  aujourd’hui triste de constater que, de plus en plus les  violences faites aux femmes se multiplient et ont atteint un niveau inimaginable ,dans une société  pourtant dite « Civilisée » et réglementer par  des «  lois et   textes ». Ces actes de violences  constituent une atteinte grave aux droits fondamentaux de l’Homme

A en croire certaines sources au niveau du Ministère de la Justice des Droits de l’Homme Garde des Sceaux  les textes contre les violences Basées sur le Genre (VBG)  ont  été élaborés pour renforcer le cadre juridique contre les VBG et sont dans le circuit pour leurs approbations.  

Selon Mariam  Soumounou conseillère conjugale, il faut aujourd’hui revenir à nos fondamentaux  c’est à dire expliquer aux jeunes couples  le vraie sens du mariage, en leur prodiguant constamment  des conseils pour garder  toujours la communication entre les époux  dans le foyer.

Après la sensibilisation, la conseillère conjugale estime qu’il faut réprimer certains maris  qui serviront d’exemples pour mettre fin à ces actes dignes d’une autre époque car la femme est une partie de l’homme.  

Elle a, par ailleurs, déploré le cas de certaines femmes   qui refusent de dénoncer  les violences dont elles sont victimes dans le foyer  par crainte  de la réaction  des parents.

Mohamed Kanouté

Source : Mali24

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *