Délestage au Mali : Le ministre de l’Énergie s’emballe, les syndicats déballent

Délestage au Mali : Le ministre de l’Énergie s’emballe, les syndicats déballent

La crise énergétique au Mali s’aggrave. D’un côté, le gouvernement, à travers la ministre de l’Énergie, tente de justifier les coupures intempestives et les délestages en évoquant des vols de citernes, des malversations financières, et des problèmes organisationnels internes, entre autres. Ces explications ont suscité un débat animé et des controverses.

De l’autre côté, les syndicats représentant les travailleurs de l’énergie du Mali contestent vigoureusement les déclarations de la ministre. Un différend verbal oppose les deux parties, avec des arguments contradictoires. Le secrétaire général du syndicat, Baba Dao, a exprimé que la ministre de l’Énergie n’avait pas suffisamment étudié la situation avant de prendre position.

Il a avancé que Bamako consomme 20 citernes de carburant par jour, générant des recettes quotidiennes de 700 millions de francs CFA, tandis que les dépenses en gazole atteignent 1,2 milliard de francs CFA par jour. Il a également évoqué la question de l’endettement, révélant que l’Énergie du Mali s’endette auprès des banques, accumulant actuellement une dette de plus de 500 milliards de francs CFA auprès de toutes les banques locales. Face à cette situation, les syndicats réclament l’ouverture d’une table ronde pour discuter des problèmes liés au financement et à la gestion de l’énergie au Mali.

Pendant ce temps, la population, privée d’informations précises sur les causes réelles de la crise, subit les conséquences de cette situation. La déclaration de la ministre à la chaîne nationale, laissant entendre qu’une nette amélioration serait constatée une fois les problèmes mentionnés résolus, semble susciter des doutes. Car la situation demeure inchangée.

La situation énergétique continue de se détériorer, et la population en souffre grandement. Les industries, les tailleurs, les artisans métalliques, les commerçants, qui dépendent de l’électricité, enregistrent toujours une baisse significative de leur chiffre d’affaires en raison de la disponibilité irrégulière de l’électricité. Le gouvernement doit tenir ses promesses en prenant des mesures concrètes pour résoudre ce problème et permettre à la population de retrouver une vie plus confortable.

Coulibaly A

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *