Genre : dissémination des statistiques par l’INSTAT et la Banque Mondiale

Genre : dissémination des statistiques par l’INSTAT et la Banque Mondiale

Sous la présidence de Mme COULIBALY Mariam MAIGA, Ministre de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille, l’hôtel AZALAI Salam de Bamako a abrité, le Jeudi 18 Janvier 2023, la clôture de l’atelier de dissémination du chapitre genre du rapport de l’Enquête Modulaire et Permanente auprès des Ménages (EMOP) 2022 des statistiques , élaboré par l’Institut National des Statistiques (INSTAT) avec l’appui technique du projet de renforcement des statistiques sur le genre (Strenght Gender Statistics, SGS)

Bas du formulaire

Ce chapitre consacré au genre, faut-il le rappeler, a été élaboré par l’Institut national de la statistique du Mali avec l’appui technique du Projet de renforcement des statistiques sur le genre de la Banque mondiale. Il présente à cet effet une vue d’ensemble des disparités entre les femmes et les hommes en matière d’opportunités économiques, notamment la participation au marché du travail, la qualité de l’emploi et la propriété d’actifs. Aussi, le rapport présente, entre autres, 15 indicateurs sur le genre qui n’étaient pas publiés précédemment. Ces indicateurs sont tirés de cadres de références internationaux tels que les Objectifs du Développement Durable (ODD) et de l’Ensemble minimal d’indicateurs de genre des Nations unies. Ils couvrent la propriété foncière, l’entrepreneuriat, le contrôle des revenus et les risques d’accidents du travail.

A en croire, Mme le Ministre, ce chapitre sur le genre est un premier pas bienvenu vers une collecte plus systématique de données sur le genre au Mali.

Poursuivant, elle dira que son département a besoin de données plus nombreuses et de meilleure qualité pour identifier non seulement les principales disparités basées sur le genre mais aussi améliorer les connaissances sur les inégalités sociales et de genre.

« Soutenir l’agenda sur la promotion de l’égalité des sexes dans de multiples dimensions – parce que c’est la bonne chose à faire – et parce que c’est essentiel pour la réduction de la pauvreté et la croissance économique », a-t-elle poursuivi. Elle a enfin souligné que les conclusions du chapitre sur le genre de l’Enquête Modulaire et Permanente auprès des Ménages 2022 (EMOP) aideront à asseoir de solides bases pour l’agenda sur la promotion de l’égalité des sexes dans notre pays.

Ousmane FOFANA

Source: L’Investigateur

Loading

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *